Archive

Posts Tagged ‘productivité’

Venez visionner la leçon N° 5 de notre programme de formation « Le MES en 10 leçons »

TRS

« TRS et performance : pas aussi simple qu’il n’y parait ».
Pour cette 5ème leçon, le TRS était à l’honneur…mais pas que !
La vidéo est désormais en ligne : c’est ici

Pour visionner les 4 leçons précédentes : c’est ici 

Pour connaître le thème de la 6ème leçon qui sera diffusée le mardi 22 mars à 11H30 ou pour vous inscrire : c’est ici

 

Le MES se limite-t-il au TRS ?

TRS-performanceLa plupart des solutions de MES mettent l’accent sur un indicateur très populaire, le TRS (Taux de Rendement Synthétique). Intégrant dans un nombre de 0 à 100 des événements de production aussi divers que les arrêts imprévus, les rejets pour non qualité, les baisses de cadence des machines et leur impact sur la productivité, le TRS (appelé OEE pour Overall Equipment Efficiency par les anglosaxons), apparaît comme l’indicateur de performance universel par excellence, et donc la mesure ultime d’un MES, dont le but est après tout l’augmentation de la performance de production. En suivant ce raisonnement, le MES se résumerait donc pour l’essentiel au calcul et au suivi du TRS ? Est-ce si simple ?
LIRE LA SUITE : http://www.ordinal.fr/fr/sujets-de-reflexion/le-mes-se-limite-t-il-au-trs.htm

Quelle solution pour les industries de transformation ?

Industries de transformationLe secteur des industries de transformation (matières premières agricoles, minerais, matières premières secondaires issues de la récupération des déchets…) est soumis à de nombreuses exigences et obligations toujours plus accrues en terme de traçabilité, de sécurité sanitaire, de respect de l’environnement…
Parallèlement, l’industriel doit maîtriser ses coûts de manière rigoureuse, incluant les coûts d’énergie appelés à augmenter régulièrement, et à faire preuve d’innovation permanente pour rester compétitif.
Alors, que faire pour obtenir une parfaite traçabilité de vos matières premières ? pour accroître la productivité de vos process industriels ? pour réduire vos pertes matières ? pour maîtriser la consommation énergétique de vos installations ? pour axer votre politique Qualité sur l’amélioration continue et la performance des produits, tout en respectant l’environnement ?
Et si une solution existait ?…

Augmentez votre performance tout en renforçant votre traçabilité ! Séminaire gratuit le mardi 15 avril en région lyonnaise

Analyse de performanceTraçabilité processTraçabilité matières et généalogie

Augmentez votre performance tout en renforçant votre traçabilité !

Augmentez votre performance tout en renforçant votre traçabilité !

coche-mailing

L’obtention d’une traçabilité fiable vous semble complexe ?
coche-mailing Vous souhaitez mettre en place rapidement des indicateurs pour analyser votre performance et accroître votre productivité ?
coche-mailing Où que vous soyez, le recueil de vos données de production de façon centralisée est pour vous indispensable ?
coche-mailing Vous voulez obtenir toutes ces informations sans que le coût d’investissement alourdisse votre budget ?

Le mardi 15 avril, la région Rhône-Alpes sera à l’honneur !
Réservez votre place dès aujourd’hui !

Venez découvrir le programme et vous inscrire en un clic !

 

 

 

Fabrication du verre : un suivi ultramoderne pour un procédé séculaire avec COOX

Avec 110 millions de tonnes de verres produits par an , l’industrie du verre emploie quelques 400.000 personnes dans le monde. Les exigences de qualité et la rationalisation de la production sont considérablement facilitées avec la mise en place de la  solution logicielle COOX. L’atelier de génie logiciel  d’ORDINAL Software permet le suivi des fabrications : de l’enfournement des matières premières, à l’empilage sur les chevalets des feuilles  de verre.

Matériau universel et noble, le verre est présent dans de nombreuses industries : agroalimentaire (bouteilles et pots), automobile (pare-brises et vitres), bâtiment (portes et fenêtres), optique (lunetterie, microscopie), fibres optiques de télécommunication, … sans compter les innombrables applications des verres spéciaux.

verre

 Si l’apparition des premiers verres sur terre est de ces histoires aussi anciennes que celle de notre planète, son développement industriel a été fortement mécanisé depuis la  révolution industrielle du dix-neuvième siècle. Longtemps considéré comme irremplaçable, le verre s’est vu concurrencé dans les dernières décennies par les matières plastiques.  Pour garantir ses spécificités techniques, le suivi des fabrications et les contrôles de qualité sont essentiels, ainsi qu’une optimisation de la production, tant dans un contexte de  productivité maximale que pour faire face à l’élasticité de la demande. C’est dans ce contexte qu’un logiciel efficace de MES (Manufacturing Execution System) prend tout son  intérêt.

 Le process de fabrication du verre « float »

Le sable, la soude, le calcaire, la dolomie et le groisil sont pesés et mélangés avant d’être déversés dans la trémie. Le mélange ainsi obtenu est fondu à 1.550°C,  dans des fours à fuel ou à gaz. Il est nécessaire de procéder à l’affinage  du verre, pour éliminer les bulles de gaz, en maintenant une très haute température pendant plusieurs heures.

On procède ensuite au flottage du verre sur un bain d’étain liquide  tout en réduisant la température de 1.100 °C à 600°C. Grâce au « top rollers » on étire mécaniquement le verre pour lui donner les dimensions requises. On peut alors réaliser un dépôt de couches d’oxydes métalliques. A la sortie du bain d’étain, un convoyeur à rouleaux entraîne le ruban de verre dans un tunnel de recuisson où il est refroidi progressivement jusqu’à la température ambiante. C’est à ce stade qu’on procède au contrôle laser et à la découpe du  verre en feuilles de grandes dimensions, qu’on empile  sur des chevalets avant expédition.

La productivité et la réduction des coûts dépendent de la souplesse des équipements utilisés pour la production, d’une grande automatisation des différentes séquences et d’une amélioration de la logistique.

La maîtrise du process

Grâce aux composants process et batch de la bibliothèque PMT (Process Management & Traceability) de COOX, la « recette » de fabrication du verre est parfaitement maîtrisée et exécutée. En effet, le choix des matières premières pour une composition donnée : nature chimique, taux d’incorporation, agressivité de la fonte, etc. et le choix des traitements thermiques : digestion des matières premières, affinage, obtention d’un verre ou cristallisation, recuit ou trempe, volatilisation,…  vont donner au  ruban de verre sa planéité et ses caractéristiques définitives. Ces différents traitements sont orchestrés et pilotés, en liaison directe avec les automatismes via le protocole OPC (OLE for Process Control), qui uniformise l’accès aux protocoles des différents constructeurs d’automates.

Parcourir ou télécharger la fiche application dans son intégralité

%d blogueurs aiment cette page :