Archive

Posts Tagged ‘flexibilité’

Près de 110 participants industriels aux Assises du MES !

President-club-MES

Cette année encore, l’événement a rencontré un vif succès. Merci à tous pour votre participation.
De toute évidence, le MES (Manufacturing Execution System) contribue aujourd’hui à répondre aux problématiques de l’usine du futur : flexibilité totale de la production, traçabilité détaillée et systématique, maîtrise des coûts, réduction des consommations de matière, efficacité énergétique, adaptation des cycles de production aux attentes du marché…
Ces enjeux vous intéressent et nous en sommes ravis.

Si vous le souhaitez, vous pouvez dés à présent vous inscrire pour recevoir les informations sur la prochaine édition en juin 2018.
C’est ici 

Exécution des opérations, flexibilité, pilotage direct des phases…

pmtDans les industries agroalimentaires, pharmaceutiques, chimiques ou cosmétiques…,
comme dans les industries manufacturières, la maîtrise du process est la clé de la productivité et de la qualité.
La solution MES COOX concilie le respect des dernières évolutions des normes ISA-88 et ISA-95 avec l’efficacité d’exécution des opérations et la souplesse d’adaptation aux procédés. Afin de répondre aux enjeux du suivi des modes opératoires et du procédé ORDINAL Software a développé et intégré à la gamme COOX un module spécifiquement dédié : le module MESbox PMT (Process Management & Traceability).

COOX 7 et la MESbox PMT pour le suivi des modes opératoires et la traçabilité du procédé !

Venez parcourir le communiqué de presse

Le TOP 6 des questions fréquemment posées sur le fonctionnement de la solution COOX

  1. Actors-Montage-MESPour déterminer le niveau du ou des postes client dont on a besoin pour une application (client Terminal, Medium ou Supervisor), vous parlez du nombre de vues souhaitées…Qu’entendez-vous par là ?

    Le nombre de vues correspond en fait au nombre d’entrées de menu du menu principal de l’application. C’est à dire le nombre d’items que l’on retrouvera dans l’arborescence de l’application (hormis la vue HOME qui se trouve à la racine et qui n’est donc pas comptabilisée). C’est un peu comme le nombre de pages web que vous allez ouvrir lors de votre navigation, si vous voulez.

  2. Dans votre documentation vous parlez d’algorithmes de composition LIFO, FIFO et mélange, qu’est-ce que ça veut dire ?

    LIFO signifie Last In, First Out. Autrement dit, dernier arrivé, premier sorti. Cela décrit une structure de pile. Au niveau de la gestion des stocks par exemple, c’est la manière dont les produits sont stockés et prélevés.
    Le FIFO (First In, First Out) est différent du LIFO car il traite les données en fonction de leur ordre d’arrivée dans la pile : la première arrivée est aussi la première sortie.
    Quant au MIX, qui signifie mélange, vous l’avez compris, il n’y a pas d’ordre d’arrivée ou de sortie…tout se mélange.

  3. Comment sont rapatriées les données de production ? (quantités fabriquées, rebuts de production…) ?

    Les données de production peuvent être rapatriées de deux façons.
    Soit par acquisition automatique réalisée au travers des automatismes (automates, E/S…) soit de façon manuelle (rebuts…).
    C’est l’industriel ou l’intégrateur qui détermine quel est le mode choisi, de quelle façon la phase doit être exécutée…et COOX s’adapte !
    Une phase hybride peut également être déterminée (à la fois manuelle et automatique).

  4. Au niveau du système d’information comment est raccordée votre solution ?

    Et bien en tant que système d’information industriel la solution MES COOX est raccordée tout simplement au système d’information de l’entreprise ! Tout comme l’ERP. On passe par le réseau de l’entreprise (intranet de l’entreprise, échanges XML, fichiers…).

  5. Vous mettez souvent en avant la pertinence de votre moteur Batch, pouvez-vous m’en dire un peu plus ?

    Un moteur Batch est un moteur d’exécution qui va enchaîner automatiquement un certain nombre d’opérations pour réaliser une fabrication. Cette fonctionnalité n’est d’ailleurs pas strictement réservée aux procédés dits « batch ».
    Sans lui, on est contraint de coder toutes ces opérations et dans le cas de changement de programme dans l’enchaînement des opérations par exemple, si on décide d’en suspendre certaines, d’en maintenir d’autres, d’en mener plusieurs en parallèle…on est obligé de re-coder à chaque fois.
    A l’heure actuelle où on demande à une entreprise de faire preuve de flexibilité et de réactivité, un moteur Batch est devenu essentiel, voire indispensable. On peut ainsi exécuter les opérations dans n’importe quel ordre ou en parallèle…un moteur Batch est modulable à l’infini.
    Il permet d’encharner les étapes et apporte une traçabilité native et systématique ainsi qu’une sûreté de fonctionnement;
    Son utilisation permet de réduire significativement les temps de développement et de simplifier au maximum toutes sortes de tests.
    Enfin, il est à la portée de n’importe quel profil. Pas besoin d’être développeur pour pouvoir l’utiliser ! Une simple formation suffit !

  6. J’ai cru comprendre que certaines fonctionnalités étaient du ressort de l’ERP mais que ces mêmes fonctionnalités sont également traitées par votre solution MES. Comment gérez vous ces « doubles commandes ? »

    Et bien, il faut avant toute chose effectuer ce que l’on appelle un mapping des fonctions souhaitées afin de déterminer et d’arbitrer au mieux où elles vont se situer (on pourra aussi parler « d’urbanisme ».
    Par exemple, quant on parle de gestion de stock, il est important de savoir si il s’agit de celui d’un atelier de fabrication (il sera alors traité par le logiciel MES).
    Concernant l’ordonnancement, on parlera souvent pour l’ERP de planification ouverte (qui a une capacité infinie). Si quelque chose a été planifié, on n’a pas de retour du terrain et on ne sait pas si on peut le faire ou pas.
    L’ERP ne connait pas non plus la topologie précise de l’installation (agencement des machines, existence d’un monte-charge…), contrairement au MES.
    Au niveau du MES, il s’agit davantage d’une planification détaillée, qui sera effectuée par l’exploitant à l’aide de COOX.

    Découvrir la Gamme COOX

 

 

Qu’est-ce que le Lean Manufacturing ?

Lean ManufacturingLe Lean Manufacturing est basé sur l’élimination des gaspillages au sein des processus de production.
L’objectif étant d’éliminer progressivement la non valeur ajoutée, pour permettre une meilleure flexibilité de l’atelier de fabrication.
Concrètement la démarche Lean vise à créer des processus qui vont nécessiter moins d’efforts humain, moins d’espace, moins de capital et moins de temps de création et de fabrication du produit pour rendre les produits et services moins chers et avec moins de défauts (comparativement à une organisation traditionnelle).

Quels gaspillages ?
Sept gaspillages peuvent être identifiés :

Lire la suite…

Fabrication de pâtes ménagères : des pâtes suivies à la trace par COOX

Fabrication de pates

Grâce à COOX, solution logicielle d’ORDINAL Software, une usine de fabrication de pâtes à tartes ménagères prêtes à l’emploi s’est dotée d’un outil informatique de contrôle, de suivi et de gestion de sa production basée sur l’utilisation de composants logiciels installés sur un réseau Intranet local.
Elle améliore ainsi de manière significative la maîtrise de ses productions. Mais en définitive, le succès vient des équipes de production qui se sont appropriées l’outil.
Les lignes de production sont pilotées et surveillées grâce à des composants logiciels spécialisés (gestion de batch, traçabilité, supervision…) qui fonctionnent sur un réseau Intranet. Ce sont les responsables de la production qui ont défini et mis en place l’application MES de l’usine. La communication avec l’informatique d’entreprise et le déploiement de l’application sur d’autres lignes de fabrication sont facilités par l’utilisation des technologies Internet.

Des contraintes fortes
Tous les jours, dans l’usine, des camions amènent de la farine, de la matière grasse (beurre ou margarine végétale) et du sel.
Tous les jours, à l’autre bout de l’usine, d’autres camions partent vers les linéaires des supermarchés pour y déposer des pâtes ménagères prêtes à l’emploi. Entre les deux, ce qui se passe n’est pas vraiment différent de ce qui se passe dans votre cuisine pour faire une pâte, ni en terme de procédé ni en terme de qualité des ingrédients : pesage des différents ingrédients, mélange dans un pétrin, passage de la pâte ainsi réalisée, via un extrudeur, sur un laminoir (l’équivalent du rouleau à pâtisserie !), puis découpe en disques de la pâte étalée, emballage et expédition.

Seule l’échelle est ici quelque peu différente : plus d’un million et demi de pâtes à tartes prêtes à cuire sont expédiées journellement de l’usine ! Les contraintes qui pèsent sur l’appareil de production sont donc très fortes.
De plus, les exigences en termes de qualité et de traçabilité alimentaire sont très élevées. La pâte ménagère réfrigérée roulée est en effet une matière vivante, c’est un produit frais sans conservateur ni additif.
Autre contrainte, la ligne de production doit avoir une grande flexibilité car l’usine fonctionne en flux tendu, avec des variations de charges très importantes, du simple au double d’une semaine à l’autre.

L’épineux problème de la traçabilité
Le suivi informatisé de la traçabilité n’est pas simple à réaliser, car il s’agit d’une industrie de transformation. En effet, on passe d’une traçabilité « matières » (farine de telle qualité issue de tel fournisseur) à une traçabilité « procédé » (quels événements se sont passés pendant tel laps de temps sur les équipements de production) puis enfin à une traçabilité « produits » (les pâtes ménagères étiquetées de tel numéro à tel numéro).
Il faut donc être capable de rattacher à n’importe quel lot de pâtes ménagères issu de l’usine, à la fois la nature des constituants utilisés, les événements qui se sont passés sur la ligne de production (opérations de maintenance, défaillances des machines, changements d’opérateurs …. ) sans oublier d’y ajouter les informations liées au contrôle qualité. Certains de ces paramètres sont tracés automatiquement, d’autres sont rentrés manuellement sur un poste dédié, comme par exemple les opérations de maintenance.

La structure en composants de la solution permet donc de choisir juste l’applicatif désiré (traçabilité ascendante et descendante, gestion de stock, de calcul, SPC, ..).

Découvrir la fiche application  » Applications types : fabrication de pâtes ménagères » dans son intégralité ou la télécharger

%d blogueurs aiment cette page :