Archive

Posts Tagged ‘Contrôle’

AGRIAL sélectionne ORDINAL Software pour sa solution COOX MESbox SILO

Grâce au module COOX MESbox SILO, la coopérative AGRIAL bénéficie d’un outil puissant pour le contrôle et le pilotage automatisé de son silo de la Hutte.
http://www.ordinal.fr/fr/presse.htm#AGRIAL

Agrial-cp

Supervision du site de production des Carrières Laffite (Groupe Eurovia)

Supervision du site de production

Spécialisée depuis 1975 dans l’extraction de matériaux, Carrières Laffite a sélectionné ORDINAL Software pour la mise en place d’une application spécifique de supervision sur son site d’extraction de matériaux, à Bergouey dans les Pyrénées-Atlantiques.
Appartenant à Eurovia France, la carrière exploite à ce jour 11 hectares de calcaire pyrénéen dur : production, commercialisation et livraison de granulats (sable, gravillons, graves) pour voirie, béton, enrobés,…, à destination des professionnels et des particuliers.
Mise en place par BEACIT (Bureau d’Etudes d’Automatismes et de Contrôle Industriel par Thermographie), partenaire intégrateur d’ORDINAL Software, cette application de supervision est destinée tout particulièrement au contrôle et suivi des différentes étapes cruciales de la production des…En savoir plus

Formation logiciel COOX-MESbox SILO du mardi 18 au vendredi 21 mars 2014 ! Venez nombreux !

MESbox SILO

 

 

Une formation sur notre logiciel de contrôle et pilotage des silos céréaliers est programmée prochainement.
Nous vous attendons nombreux du mardi 18 au vendredi 21 mars 2014 en nos locaux d’Antony !
En attendant, vous vous invitons à venir parcourir le programme…: http://www.ordinal.fr/html/formations.htm#silo

Nouveau module MESbox SILO Version 7 Helium

ORDINALvisu_silo Software présente une nouvelle version pour le contrôle et le pilotage automatisés de silos céréaliers…prêts à l’emploi !
Le nouveau module SILO version 7 Helium est la dernière variante du logiciel MESbox SILO pour le contrôle et le pilotage de SILOS céréaliers.
La MESbox SILO bénéficie désormais de toute la performance de l’infrastructure de la plateforme COOX et des dernières évolutions intégrées à COOX 7 Helium.
De plus, complètement prête à l’emploi, cette version est jusqu’à 5 fois plus rapide qu’au préalable !
Encore plus performante que la version précédente, ce nouveau module de contrôle et de pilotage automatisé des silos céréaliers, est capable d’automatiser et de superviser les silos sans aucune programmation ou sans le moindre développement spécifique, en étant pour l’utilisateur totalement prêt à l’emploi.
Pensée pour l’opérateur utilisateur, cette nouvelle solution MES intègre en complément le dernier module « THERMO » de gestion de la thermométrie et de la ventilation.
Lire la suite du communiqué ou le télécharger directement

Fabrication de la bière : la maîtrise parfaite d’un process délicat et le suivi des fabrications avec COOX

Le suivi de production des brasseries va de pair avec l’importante démarche de Qualité qui caractérise le secteur agroalimentaire.
Il est d’autant plus déterminant que la tendance du marché de la consommation favorise des produits de plus en plus variés, mais d’une qualité et d’une fidélité du goût irréprochable.
COOX, allié au savoir-faire irremplaçable de l’industriel, permet l’atteinte de ces objectifs ambitieux.

Boisson internationale, appréciée aux quatre coins du monde, la bière n’en finit jamais de se renouveler, tout en perpétuant un principe de fabrication qui remonte à l’antiquité.

C’est que tout au long de sa fabrication, du grain d’orge à la mise en bouteilles, beaucoup de facteurs influent sur le goût, la couleur et la mousse, et permettent aux différentes variétés de se distinguer.

Ces facteurs sont maîtrisés par l’automatisation et les contrôles, essentiels tant pour la qualité que pour la parfaite sécurité des produits. Ce suivi rigoureux est aussi l’occasion d’une optimisation de la production. Une demande élastique, toujours forte mais dont la composition varie avec l’époque de l’année, met les usines de production à rude épreuve. Une épreuve qu’un logiciel efficace de MES (Manufacturing Execution System) va permettre de surmonter.

Retour sur une recette séculaire

La bière est obtenue par fermentation du moût. Celui-ci est constitué d’eau, et de malt, de mais ou de riz, de la levure et du houblon.

Lors du trempage, les céréales (orge, mais, riz, etc.) gonflent et l’amidon contenu dans les graines se transforme en sucre. Ensuite, les graines sont séparées du liquide dans un clarificateur ou un filtre. Le moût recueilli, additionné de houblon est porté à ébullition dans une chaudière à moût. Puis le moût chaud est séparé des protéines coagulées et des déchets filtrés.

Après refroidissement, le moût est limpide, doux et amer, et prêt pour la fermentation. Il est pour cela ensemencé en levure et oxygéné. Durant la fermentation, la levure va transformer les sucres contenus dans le moût en alcool d’une part et en gaz carbonique d’autre part. Pendant la période de maturation et de stockage de 4 à 6 semaines, le liquide séjourne dans des cuves froides. Enfin, après un dernier filtrage, la bière est mise en fûts ou en bouteilles.

Un process très automatisé

La taille des silos à malt dépend des types de bières brassées. Certains malts doivent être stocksé pendant 6 semaines au moins avant d’être utilisés en brasserie. Pour une brasserie dont la production annuelle est de 200000 hl, ceci correspond à une capacité minimale de 800 M3.

Parcourir ou télécharger la fiche application dans son intégralité 

Qu’est-ce que le Food Defense ?

Food DefenseQue ce soit au niveau d’un risque « d’atteinte accidentelle » (contamination de lots, salmonelle…) ou « d’atteinte volontaire malveillante » ( criminelle, concurrente…), les industries agro-alimentaires semblent être de plus en plus exposées  aujourd’hui à ces types de risques et deviennent potentiellement la cible d’attaques pouvant se révéler lourdes de conséquences.
Elles sont aujourd’hui amenées à s’interroger davantage sur les risques encourus et les mesures curatives à mettre en place afin de les éviter :  mesures de prévention, de supervision industrielle, de déclaration, de contrôle…
Les normes agroalimentaires (IFS, BRC…) qui comportaient déjà des recommandations sur le thème Food Defense, ont rendu ces points obligatoires dans les nouveaux référentiels.
Les industriels et plus spécifiquement ceux concernés par l’export ou la grande distribution vont devoir intégrer et mettre en place ce dispositif.
Dans le même temps, cette démarche est une opportunité importante de se pencher sur la vulnérabilité de son site, sur ses mauvaises habitudes et de réfléchir sur l’importance du management de proximité afin de maintenir un bon climat social et un engagement des ses équipes pour la sécurité des aliments et la durabilité des entreprises.

Plusieurs méthodes existent, nous citerons dans un premier temps la méthode CARVER / SHOCK, directement issue de l’armée américaine.
Elle permet d’évaluer et de hiérarchiser les risques et les conséquences engendrés par un acte de malveillance, à partir des points les plus vulnérables, les plus attractifs et les plus accessibles pour une éventuelle attaque .
Après avoir décomposé le process en unités pouvant présenter un point de vulnérabilité, la méthode s’attache à effectuer des coefficients à chacune d’elle, sur les critères suivants :

– Criticité (« criticality ») : estimation de la conséquence d’une attaque en termes de santé publique (nombre de décès possibles) et des impacts économiques.
– Accessibilité (« accessibility) : estimation de la facilité d’accès à la cible, et de la facilité pour la quitter après une attaque.
– Récupération (« recuperability ») : estimation de la capacité de récupération après une attaque.
 Vulnérabilité (« vulnerability ») : estimation de la facilité à réaliser l’attaque.
– Effet (« effect ») : estimation du montant de pertes directes résultantes d’une attaque, mesuré par la perte de production.
– Repérage (« recognizability ») : facilité d’identification de la cible.

Le critère SHOCK intègre la dimension globale de l’impact (dont psychologique / économique…) que pourrait avoir une attaque réussie.

La coopérative COOPACA sélectionne ORDINAL Software

%d blogueurs aiment cette page :